Bonjour à tous,

Voici le quatre-vingt-quatrième billet de mon feuilleton
.

Les musulmans ne sont pas des bébés phoques

Pour en finir avec notre déni !

http://andreversaille.blog.lemonde.fr
.

À ceux qui prennent ce feuilleton en cours, je les invite à commencer par lire l’Avertissement, puis les deux premiers billets qui les éclaireront sur mon propos :

1. De notre irrépressible besoin de rallier le parti des idiots utiles
2. « Non seulement nous avions tort, mais c’étaient nos adversaires qui avaient raison. »

.

84. Pourquoi la révolte de jeunes des « quartiers d’exil » ? La répétition de l’argument tiers-mondiste

.

Dans mon billet précédent, je vous entretenais de cette sombre attirance pour un islam ultra conservateur, et je revenais sur la question de savoir pourquoi cette révolte de jeunes, en France et dans l’Europe de l’Ouest, s’était traduite par une radicalisation religieuse musulmane fanatique, et non par l’adoption d’une idéologie ultra gauchiste ou fasciste, par exemple.

Étant donné la prégnance exercée, aujourd’hui encore, par l’idéologie tiers-mondiste, on ne s’étonnera pas de voir des tenants de celle-ci se mêler du débat. Ainsi, pour contester la vision d’Olivier Roy, François Burgat invoque-t-il la mémoire de la colonisation : voir « dans les jihadistes français “des pieds nickelés” “nihilistes”, des individus invertébrés totalement coupés de leur milieu, ne permet pas […] de penser la responsabilité – essentielle – des non-musulmans. Olivier Roy énonce d’une manière bien peu convaincante le postulat de cette imperméabilité supposée des jihadistes vis-à-vis des stigmatisations en tous genres subies par leurs coreligionnaires […]. La colonisation ? Ils ne l’ont pas connue ! Nos bombes ? Elles n’ont rien à voir avec les leurs ! Le monde musulman ? Ils ne le connaissent pas ! » Et Burgat d’ajouter, comme on pouvait s’y attendre : « Je considère que nous sommes en réalité les partenaires indissociables de cette violence trop simplement qualifiée d’ “islamique” par les uns, de “nihiliste” par les autres. […] Le recours à la violence sectaire fait donc suite à des dysfonctionnements majeurs du “vivre ensemble” européen ou oriental qui poussent ces individus à la rupture. […] La question n’est donc pas pour moi de combattre les jihadistes mais d’arrêter de les fabriquer. »

Et voilà : les milliers de djihadistes français ne sont que le produit de nos dysfonctionnements postcoloniaux… Question : s’il s’agit d’une réponse à la situation postcoloniale dans laquelle les musulmans se sentent étouffés, d’où vient, comme le demande Olivier Roy, que les djihadistes « tuent bien plus “d’hérétiques” que de “croisés”, sans même voir que nombre de ces “hérétiques”, en l’occurrence les chiites pro-iraniens, partagent leur rejet d’Israël et leur haine de l’impérialisme occidental (ce que Burgat ne peut expliquer, à moins de parler de malentendu ou d’aliénation au sens marxiste) ». Question subsidiaire : qu’en est-il des djihadistes belges, allemands ou hollandais, citoyens de pays où il n’existe pas de contentieux colonial avec le monde arabe ?

N’est-il pas évident, comme le dit Gilles Kepel, que si l’on veut comprendre ce nouveau terrorisme qui sévit en Europe de l’Ouest, il faut d’abord prendre en compte la radicalisation de l’islam qui bouleverse le monde musulman et mesurer l’influence du discours salafiste hégémonique exporté dans les banlieues ? Mais cette démarche se heurte à notre interdit idéologique : la volonté, d’un côté de diluer le dihadisme dans une radicalisation « nihiliste » somme toute « banale », de l’autre de l’expliquer par des « dysfonctionnements majeurs du “vivre ensemble” européen », témoigne de notre peur, encore et toujours, d’être accusé d’islamophobie. Une fois de plus, nous nous égarons dans le déni et l’autocensure ; nous écartons toute interrogation quant à l’utilisation idéologique de l’islamisme ; nous excluons l’analyse critique d’un phénomène qui contredit notre vision dominants-dominés ; nous refusons de voir combien le djihadisme, par l’exportation en Europe de sa dynamique salafiste, incite à la contestation violente de nos valeurs démocratiques. Et une fois de plus, nous choisissons de mettre en cause notre culture « blanche néocoloniale » que nous voulons à tout prix tenir pour responsable de la radicalité dans laquelle s’est engouffrée une frange de la jeunesse française de culture musulmane, sans voir que nous nous rendons complices des religieux salafistes et des Indigènes de la République dans leur projet de destruction de la démocratie laïque.

.

En librairie :

PNG - 289.3 ko

.

1. Directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), auteur notamment de Comprendre l’islam politque, Paris, La Découverte, 2016.
2. François Burgat : « Il ne s’agit pas de combattre les jihadistes mais d’arrêter de les fabriquer », Libération, 4 novembre 2016.
3. Olivier Roy, Le djihad et la mort, Paris, Le Seuil, 2016.

.

Rappel des précédents billets :

1. De notre irrépressible besoin de rallier le parti des idiots utiles
2. « Non seulement nous avions tort, mais c’étaient nos adversaires qui avaient raison. »
3. Dieu que l’émancipation était belle au temps des colonies !
4. De la gueule de bois des décolonisés
5. De la dictature sans faille : une nécessité patriotique
6. De la guerre d’Algérie, à l’origine de notre engagement tiers-mondiste
7.Du facteur religieux du FNL, une ignorance du monde intellectuel progressiste
8. Démocratie ! Laïcité ! Des discours à l’usage des Occidentaux
9. « Personne ne voulait savoir la torture et l’absence totale de démocratie »-
10. De notre posture de dominants repentis
11. De l’esclavage condamné ou ignoré selon l’identité des esclavagistes
12. De la colonisation arabe-musulmane, un fait historique mal connu en Occident
13. Un syndrome colonial ?
14. Du retour inattendu de la tyrannie religieuse
15. Sommes-nous en guerre contre le terrorisme islamiste ?.
16. Si nous sommes en guerre, est-elle de religion ?
17. De l’illusion de croire que l’on choisit ses ennemis
18. Allahuakbar Charlie !
19. Une manifestation pétainiste ?
20. Je suis Charlie versus Je ne suis pas Charlie
21. De l’héritage de Voltaire et de ce que nous n’en avons pas fait
22. De la religion utilisée comme idéologie
23. « Mais d’abord, écrasez l’Infâme ! »
24. D’une scolastique, l’autre, en sautant par-dessus les Lumières
25. De Sartre à Badiou, l’émergence d’une scolastique new look ?
26. De la Révolution, sainte, libératrice et purificatrice
27. Retour à notre événement fondateur, la Révolution soviétique
28. De ces étranges procès en sorcellerie
29. D’un livre coup de tonnerre
30. De cette invention de la CIA : les camps de concentration soviétiques
31. De Simone de Beauvoir et de sa justification de la violence révolutionnaire
32. De la Terreur rouge employée comme arme contre une classe vouée à périr et qui ne s’y résigne pas
33. Du procès Kravchenko
34. Des intellectuels ralliés au PCF et de l’importance de ne pas désespérer Billancourt
35. De Sartre et du rapport attribué au camarade Khrouchtchev
36. De l’arrivée de Soljenitsyne, son Archipel du Goulag sous le bras
37. Du rejet de Staline de la glorification de Mao
38. De l’intelligentsia parisienne conquise pas les maos
39. D’un remake : après Staline, Mao
40. De Sollers et des telqueliens patinant joyeusement entre contestation maoïste et mondanités structuralistes
41. Des Habits neufs du président Mao
42. Du terrorisme tenu pour une réaction d’opprimés
43. Du sentiment de l’humiliation et de l’auto-victimisation
44. Du monde islamique vu comme un gigantesque Clichy-sous-Bois
45. De la conviction que les islamistes finiront par nous rejoindre
46. De l’islamisme mouvement idéologique souverain de restauration
47. Le djihadisme, fruit de l’islam : le témoignage par l’histoire du wahhabisme
48. L’islamisme, résultante de l’échec de la décolonisation et du nationalisme nassérien
49. La démocratie dans le monde musulman
50. Notre mantra : « Attention, islamophobie ! »
51. Le terme d’islamophobie son origine et son instrumentalisation
52. La lutte contre l’islamophobie, une stratégie mondiale
53. Les ravages provoqués par l’application d’une loi anti-blasphème
54. Le multiculturalisme, fruit d’un tiers-mondisme dévoyé ?
55. Les coquetteries poétiques d’un haut-fonctionnaire multiculturaliste
56. Quand Kamel Daoud est accusé d’islamophobie
57. Le viol et le déshonneur de certains sociologues « progressistes ».
58. « Le culturalisme est l’arme des terroristes ! »
59. Le racisme, le pire des maux ?
60. Cet étrange antiracisme nouvelle mode
61. La laïcité battue en brèche par l’antiracisme..
62. Les droits de l’homme en terre d’islam
63. Edwy Plenel en Brigitte Bardot
64. Tout pour les musulmans, rien par les musulmans ?
65. L’islamisme, un problème en France ou dans le monde ?
66. L’Islamisme rien à voir avec l’islam ?
67. « L’assimilation est une injonction terrifiante ! »
68. Du passé faisons table rase, et en avant pour la grande lessive….
69. L’UE, victime de l’absence de tout « roman européen » ?
70. Vers une culture rikiki ?
71. Vers une culture rikiki ? (Suite)
72. Tariq Ramadan stratège : « Il faut intérioriser la sensibilité des musulmans de France ! »
73. Tariq Ramadan : « Les droits du croyant opposés aux droits humains ? »
74. D’un sacré, l’autre
75. Le communautarisme, effet du multiculturalisme.
76. Une société d’accueil excluante et raciste ?
77. Un réseau de prédateurs sexuels pakistanais, connu des services de police, laissé libre d’agir par peur d’être considérés comme islamophobes.
78. Une dissonance identitaire traduite en contestation violente
79. L’École face à l’obscurantisme religieux : ce que révèle le Rapport Obin
80. Dans plusieurs écoles, des pans entiers de l’enseignement sont refusés par des élèves
81. Refus de la mixité et sexisme.
82. De l’antisémitisme et de la francophobie dans certaines cités sensibles
83. Pourquoi cette sombre attirance pour un islam ultra-conservateur ?

.

Merci pour vos lectures, et surtout n’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos critiques ou témoignages sur la page même des billets afin de susciter le débat !
(Cliquer sur le petit phylactère à la droite du titre du billet).

.

André Versaille

www.andreversaille.com
.

© André Versaille — 2018